Comment faire un voyage par soi-même ?

Si vous êtes suffisamment gonflé, pour vous en aller en voyage en pensant que vous avez l’entière capacité à être autonome, il va vous falloir beaucoup de compétences très diverses. Quand on voyage énormément de cette manière sans assistance d’un groupe organisé ou d’une agence, cela vous permet d’épargner vraiment beaucoup de sous. Alors, commencez à préparer le sac à dos !

C’est de cette manière que de petites capacités budgétaires hebdomadaires qui peuvent être de 250 ou 300€ pendant le voyage, permettront de bourlinguer assez longtemps.

Quelques conseils pour pouvoir réaliser ce type de voyage.

Ne pas réserver à l’avance

Dans un certain nombre de cas, il ne faut pas réserver son hôtel ou son lit d’avance, cela permettra d’effectuer des économies réelles. À part, éventuellement, la 1ère nuit de votre arrivée sur place. Il faut lieux voir tout ça une fois sur place. De cette façon vous pourrez bénéficier des tarifs des locaux, vous aurez ainsi la possibilité de les négocier beaucoup plus facilement et vous aurez la possibilité de découvrir des lieux charmants et très accessibles financièrement qui ne se trouvaient pas sur les sites internet ou sur les dépliants de voyage.

Si vous avez envie de faire des excursions, le conseil reste le même. Le mieux est d’aller explorer les lieux par vous-même ou si cette solution est trop compliquée, prenez une visite dans une agence du pays. Comme ça, vous aurez un tarif bien plus bas, vous aurez aussi la possibilité de faire la comparaison entre les diverses propositions et négocier un tarif de groupe en faisant l’excursion avec d’autres touristes.

Prendre les moyens de locomotion du pays, employer le covoiturage, effectuer le stoppe

Faire du stoppe ce n’est pas pour tout le monde et surtout pas partout, c’est bien évident. Le covoiturage et l’usage des moyens de locomotion des gens du pays le seront beaucoup plus. Joignez-vous à d’autres touristes pour louer d’une automobile, pour le partage des frais du taxi… En France, les trajets et randonnées en bus coutent assez chers. Privilégiez des entreprises de covoiturage telles que BlaBlacar… Pour dénicher un conducteur pour aller ou vous voulez et ainsi partager les frais de carburant et d’autoroutes. Dans la majorité des contrée, les moyens de locomotion u pays (bus, trains, bateaux…) sont presque toujours très accessibles financièrement. Ce qui permet d’effectuer de grandes distances et de rencontrer les personnes du pays. Mais pour cela, il ne faut pas être très chargé, un sac à dos et quelques accessoires à côté et c’est tout.

Manger dans les bistrots et marchés de pays et goûter aux aliments de rue

Il est préférable d’évitez les bistrots ou restaurants pour touristes. Car le prix est souvent bien plus onéreux. En plus, ils seront bien souvent, moins bons et extrêmement peu appétissants. Privilégiez les bistrots de pays, les marchés et les échoppes qui vendent des aliments dans la rue. Quand vous êtes dans un lieu, n’hésitez pas à demander aux autochtones les meilleurs coins pour se délecter à proximité… Ou, plus simplement, repairez les bistrots qui ont une énorme affluence des gens du pays. C’est une information d’une extrême qualité. L’aliment de rue reste en revanche le plus accessible financièrement. Presque toujours, pour même pas 1 Euro, vous pourrez avoir un repas complet.

Dormir dans des logements pour petites capacité budgétaires

Privilégiez le genre de logement pour petits capacité budgétaires. Il faut toujours prévoir dans son sac à dos un couchage minimum, couverture de survie, petit matelas… Il y a aussi le Nightswapping, qui est un concept de contre-partie pour une nuit. Ce qui permet de bourlinguer de façon peu coûteuse. Le concept est simple. Pour pouvoir en bénéficier, il faut être inscrit dans une organisation de gestion et vous devez ouvrir votre logement à des voyageurs (une chambre, un appartement, une maison…). Ainsi, chaque fois que vous hébergez des gens, vous additionnez des nuits que vous pourrez utiliser lors de vos voyages ou randonnées.